Le blog de latraduction.fr - Jacquier-Calbet Associés

16 juin 2016

Pourquoi le français ?

French translation

On parle le français sur chaque continent, avec 220 millions de locuteurs, et il s’agit de l’une des 10 langues les plus parlées dans le monde.

Une étude de 2014 de la banque d’investissement Natixis suggère que, d’ici 2050, le français pourrait bien devenir la langue la plus parlée dans le monde, puisqu’elle serait parlée alors par un demi-milliard de personnes.

traduction français

Une étude récente de Duolinguo, leader en matière d’applications et d’outils nomades pour l’apprentissage des langues, a révélé que le français est la deuxième langue la plus fréquemment étudiée, juste derrière l’anglais en nombre d’apprenants.

De plus, une étude de Bloomberg de 2011 a montré que le français est la troisième langue la plus utile pour le commerce international, derrière l’anglais et le chinois mandarin en termes d’utilité. Cette présence et cette reconnaissance mondiale ne peuvent être ignorées.

Selon un rapport de 2013 du British Council*, Les langues d’avenir, le français est la troisième langue la plus utile pour le commerce britannique, ce qui marque d’autant plus l’importance du français pour la culture, le commerce, et les compétences à l’international.

C’est la 4ème langue la plus importante sur Internet, et son importance augmentera à mesure que l’accès, la connectivité et les contenus Internet continueront de croître. De plus, alors que la qualité des contenus Internet s’améliore, il est important de noter que beaucoup des marchés ciblés pour leur croissance rapide sont aussi des marchés où le français est une langue dominante pour la culture et le commerce.

La France est une destination de prédilection des étudiants nord-américains qui étudient à l’étranger, et la France est l’une des premières destinations pour les étudiants internationaux, en troisième position en nombre d’étudiants étrangers, après les États-Unis et le Royaume-Uni. Ces tendances renforcent l’importance du français pour les citoyens du monde.

La France et les pays francophones constituent un facteur économique essentiel, ils représentent 20% du commerce mondial de biens.

learning french

Le français est la deuxième langue la plus étudiée dans le monde, avec 100 millions d’étudiants à travers le monde, un marché énorme. Plus d’1 million d’étudiants, rien que dans l’Alliance Française, apprennent le français.

Ce qui est intéressant c’est que le français a longtemps été la deuxième langue la plus fréquemment étudiée aux États-Unis au niveau primaire et collège.

 

Alors, oui, le français compte vraiment !

*Organisme officiel britannique qui fait la promotion de l’apprentissage de l’anglais.

D’après un billet en anglais de Kathleen Stein-Smith, Ph.D (https://kathleensteinsmith.wordpress.com/) traduit par Laura.

Posté par blogjca à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


09 juin 2016

Les langues que le monde essaie d’apprendre

Si vous possédez un smartphone et vous essayez d'apprendre une langue, vous avez probablement installé Duolingo*. A l'heure où nous parlons, l'appli - qui tente de faire de l'apprentissage des langues un jeu gratifiant – est peut-être en train de vous suggérer (pas vraiment) subtilement que vous auriez bien besoin d'une petite leçon de vocabulaire espagnol.

Combien d'autres personnes sont en train d'apprendre l'espagnol, et où vivent-ils ?

Duolinguo a récemment répondu à de telles questions en sondant ses 120 millions d'utilisateurs, repartis sur tous les pays de la planète. La société a identifié les langues les plus populaires pour chaque pays, parmi les 19 qu'elle propose.

formation anglais Tourcoing

[Les langues les plus populaires sur Duolinguo

Légende : rose : anglais, bleu clair : français, orange : espagnol, vert clair : allemand, violet : suédois, bleu foncé : italien, vert foncé : turc]

La langue anglaise est de loin la plus dominante, mais en émettant une certaine réserve : pour certains apprenants, l'anglais est la seule langue que Duolinguo propose avec traduction dans leur langue maternelle. L'anglais est la seule formation accessible aux personnes parlant le thaï, par exemple. Cela ne change cependant pas la réalité de l'intérêt universel pour l'anglais, puisque Duolinguo fait remarquer qu’il est étudié par 53% de ses utilisateurs. Les choses deviennent plus intéressantes quand on regarde la deuxième langue la plus populaire. Ici le français prend la tête, suivi par l'espagnol, l'allemand, et le portugais.

Il y a d'autres bizarreries dans les données. Remarquez que sur la carte la langue la plus populaire en Suède est le...suédois. « C'est lié à l'immigration » suggère Bozena Pajak, directrice de recherche chez Duolinguo dans une note. « Un résident suédois sur six en 2015 est né hors de Suède », écrit-elle. On constate également un nombre important de personnes apprenant leurs langues officielles dans d’autres pays ayant une forte immigration, ajoute-t-elle, comme les États-Unis et la Norvège.

Vous pouvez reprendre vos cours de vocabulaire espagnol maintenant !

 

Article original en anglais : Nikhil Sonnad traduit par Laura

 

*Cet article n’est pas sponsorisé par Duolingo

16 mai 2016

A quoi reconnait-on un interprète simultané professionnel compétent ?

Un interprète simultané professionnel compétent peut être assez difficile à trouver et il n'existe pas de méthode simple et rapide pour déterminer si un interprète possède toutes les qualités.

Interpreter Lille

Petit rappel : Les interprètes sont des professionnels de la langue dont la fonction est de prendre ce qui est dit dans une langue source et d’exprimer fidèlement les mêmes idées et le même contexte dans une langue cible, tout cela sous forme orale. L’interprétation simultanée implique la traduction à voix haute, en temps réel par l’interprète, du discours continu de l’orateur de langue source sans aucune pause (ou presque) pour laisser à l’interprète le temps de parler.

Il va sans dire qu’un interprète simultané professionnel compétent peut être assez difficile à trouver, étant donné le haut niveau d’expertise langagière et d’acuité mentale requis pour interpréter une grande variété de sujets d’une langue à une autre à l’allure à laquelle cette langue est parlée. Trouver un interprète simultané compétent peut être plus ou moins difficile selon que les langues sources et cibles sont ou non communes dans la communauté locale et dans le monde des affaires en général. Voilà quelques une des compétences et des caractéristiques qu’un interprète devrait avoir pour assurer la qualité de son travail d’interprétation :

  • Une connaissance approfondie de la langue source et une forte familiarité avec la culture qui y est associée.
  • Une maitrise totale de la langue cible. Cela inclut la capacité à s’exprimer rapidement et à trouver des synonymes et d’autres manières de dire ce qu’on veut dire.
  • La capacité à absorber des informations et à en interpréter rapidement le sens.
  • Une façon de s’exprimer parfaitement maitrisée et une voix agréable, ainsi que la capacité de communiquer avec tact pour permettre de gérer en douceur les malentendus potentiels ou les sujets gênants.
  • Une grande capacité de concentration. Toute baisse de concentration peut perturber le ressenti du public de la langue cible ainsi que sa compréhension du sujet présenté.
  • L’intégrité linguistique et intellectuelle. L’interprétation requiert un haut niveau d’attention aux détails ainsi que le plus grand soin dans le choix des mots et du ton pour conserver l’essence du discours d’origine. L’interprétation simultanée nécessite de savoir jongler parfaitement entre vitesse et précision, puisque la tâche de l’interprète est de suivre le rythme et la cadence de l’orateur sans omettre aucune partie de son discours, ni faire trop de raccourcis.
  • Des connaissances et/ou une expérience professionnelle dans le domaine de spécialité auquel appartient la présentation, si possible dans les deux langues.

    traduction simultanée

Il n’existe pas de méthode simple et rapide pour déterminer si un interprète possède toutes les qualités citées ci-dessus. En général, les entreprises qui cherchent à faire appel à un interprète fondent leur décision sur les diplômes de l’interprète, son expérience, et sa réputation dans le secteur. Un diplôme universitaire soit dans la langue source soit dans la langue cible n’est pas toujours le meilleur gage de la capacité d’un candidat à effectuer un travail d’interprétation de haute qualité. Au lieu de cela, un(e) professionnel(le) des langues peut bâtir sa réputation grâce à un mélange de diplômes, de participation avérée à d’autres projets d’interprétation, et de références de ses employeurs ou collaborateurs précédents, ce qui l’identifie donc comme un interprète simultané professionnel compétent.

Traduction du billet original en anglais de U.S. Language Solutions par Laura.

Si l'interprétation vous intéresse, cliquez sur le mot interprétation dans le nuage de tags à droite pour d'autres billets.

 

03 mai 2016

Fabriqué en Inde, traduit en langues indiennes

En janvier de cette année, un blogueur est tombé par hasard sur quelque chose d’intéressant sur Google Traduction.  (J’ai essayé le refaire, mais j’ai découvert que ce faux pas avait été corrigé).  

Le blogueur avait tapé par hasard “NOUS DÉTESTONS VRAIMENT CETTE ENTREPRISE” dans la case Traduction et avait réglé la langue sur japonais, et devinez quoi ?

La réponse est apparue : …Facebook !

Un autre utilisateur a découvert que quand il écrivait ‘détestons’ au lieu de ‘Détestons’ le résultat n’était pas Facebook, donc apparemment, les majuscules et les minuscules ont aussi un impact sur la traduction !

Et cela dit, il ne s’agissait pas de quelqu’un qui exprimait sa colère suite à la tentative avortée de Facebook de lancer le service 'Free Basics' en Inde - Il s’agissait d’un authentique bug du système. Une preuve supplémentaire que les machines ne peuvent pas vraiment faire le travail d’un traducteur humain, simplement parce que les machines ne peuvent pas aller au-delà de la sémantique pour capturer les nuances d’une langue.

facebook_india

    

À un autre moment, j’ai tapé Landeskunde dans la barre de recherche de Google et cela m’a conduit à un article de Wikipédia, où cette approche allemande de l’enseignement des langues étrangères avait été expliquée par le charabia qui suit : “…fait référence à l’apprentissage de la géographie par le biais de documentation culturelle et d’informations de base sur le pays ou la région, dont la langue un. Les informations régionales sont utilisées dans les manuels de langues étrangères comme vecteurs pour l’enseignement des langues. Il est de la responsabilité de l’enseignant, les informations de base des étudiants sur chaque pays cible de servir de médiateur.”

Plait-il ?

J’ai abandonné au bout d’un moment, quand j’ai réalisé que la communication est un processus culturel complexe et que les services de traduction automatique ont encore un long chemin à parcourir avant d’être capables, si tant est qu’ils puissent l’être un jour, de décoder complètement le contexte d’un mot ou d’une expression dans une autre langue.

Voilà le nœud de l’histoire ; c’est un sérieux dilemme : “Si la culture n’est rien d’autre que la programmation collective de l’esprit," peut-on partir du principe qu’un logiciel peut-être suffisamment intelligent pour être capable d’appliquer des règles de grammaire préprogrammée pour franchir tous les obstacles interculturels et instaurer un point de référence commun entre collègues, clients, partenaires commerciaux et enseignants et élèves ?

De toute façon, comment programme-t-on le bon sens ?

Prenez par exemple la campagne publicitaire « Make in India » qui a été conçue avec brio pour :

  • Premièrement, nous rendre plus confiants dans notre capacité à produire et
  • deuxièmement, nous encourager à montrer ce talent au reste du monde

À une époque où les entreprises migrent sur le web, et qu’Internet nous aide à franchir les barrières géographiques, est-ce que ce double but peut être atteint sans surmonter aussi les barrières linguistiques ?

Est-ce que des places de marché et des grands noms du commerce électronique en Inde tels que Quikr, OLX,

Quikr

Flipkart et Snapdeal peuvent atteindre le cœur de l’arrière-pays rural et entrer en contact avec les ruraux (le fameux géant endormi) sans parler leur langue ? Bien sûr que non, c’est d’ailleurs pour cela que tous ces sites ont leur version en langue locale. La communication marketing, comme celle de "Bech De" etc., est également toujours rédigées en Hinglish, un mélange d’hindi et d’anglais.

Même Amazon, a récemment sorti une campagne publicitaire baptisée "Aur Dikhao" et British Airways une campagne publicitaire baptisée #FuelledByLove (CarburerAl’Amour) supposées faire appel à l’attrait des Indiens pour tout ce qui est à l’eau de rose.

amazon_india_wide_image

Tout cela pour dire que vous ne pouvez pas briser la glace avec le consommateur local, si vous ne parlez pas sa langue, et on ne parle pas ici de Google Traduction, mais de faire appel à des prestataires de services linguistiques, enfin, en principe…

Les prestataires de services linguistiques peuvent aider les entreprises à se développer en envoyant leurs offres d’un pays à un autre. Ils peuvent les aider à traverser les barrières culturelles grâce à leur compétence pour réaliser une traduction juste qui capture les fines nuances d’une langue, et qui soit capable d’établir un lien émotionnel avec le public cible.

En résumé, votre entreprise ne peut pas se développer en Inde, si vous vous limitez au Queens English, l’anglais d’Angleterre .       

Êtes-vous d’accord avec cela ?

Envoyez-nous vos commentaires et vos remarques.        

D’après un texte de Radhika Sachdev de mars 2016, traduction: Laura.

 

 

Posté par blogjca à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 avril 2016

L'origine de la technologie d’interprétation simultanée

 

Nuremberg_Flerov_340

Vous êtes-vous déjà demandé comment le matériel moderne d’interprétation simultanée* avait vu le jour ? Qui a eu l’idée du matériel d’interprétation simultanée ? Eh bien, vous êtes au bon endroit ! Voici une brève histoire du matériel et de la technologie d’interprétation simultanée.

Tout d’abord, quand l’interprétation simultanée a-t-elle été inventée ? Même si l’on a tendance à croire que l’interprétation simultanée a été utilisée pour la première fois au début du 20ème siècle quand son matériel a été inventé, ce n’est pas vrai. L’interprétation simultanée a été utilisée depuis des siècles, principalement, sous la forme du chuchotage. Il s’agit d’une forme d’interprétation simultanée dans laquelle l’interprète écoute l’orateur parler dans la langue source et murmure simultanément dans la langue cible dans l’oreille de quelqu’un d’autre. L’invention de l’équipement d’interprétation dans les années 20 a créé un environnement qui a mis moins de pression sur les interprètes en leur permettant de travailler pendant de plus longues périodes tout en faisant moins d’erreurs.

Les premières traces de cette technologie sont rares et les détails spécifiques en sont incertains. Même si l’on ne sait pas précisément qui a eu l’idée de l’équipement d’interprétation. La croyance populaire veut que le concept soit dû à un homme d’affaires américain : Edward Filene, qui a mis au point un système de microphones, de casques, et d’émetteurs. Il a travaillé en partenariat avec un ingénieur britannique A. Gordon-Finlay et la société IBM pour mettre au point la première version de leur produit, qu’ils ont baptisé en 1926 le IBM Hushaphone Filene-Findlay [sic] System. (Système hushaphone Filene-Findlay [sic] d’IBM.)

Hush-a-Phone était à l’époque une entreprise séparée qui produisait des accessoires pour téléphones qui amélioraient la qualité du son et la confidentialité des appels, et la similitude de noms entre le produit d’IBM et la société Hush-a-Phone a causé une certaine confusion dans l’histoire des systèmes d’interprétation. On ne sait pas si le choix du nom du produit était une simple coïncidence ou si la société Hush-a-Phone a collaboré à la création de ce produit. Ceci dit, des historiens tels que le Dr James Parker pensent que ces produits n’ont aucun rapport entre eux.

Une fois encore, les détails exacts sont incertains, mais la croyance populaire veut que le matériel d’interprétation ait été utilisé pour la première fois en 1928 lors du VIe Congrès du Comintern en Union Soviétique. On croit aussi que la première utilisation à grande échelle du matériel a eu lieu lors des Procès de Nuremberg en 1945. Les procès de Nuremberg sont souvent considérés comme la “date de naissance ” du matériel moderne d’interprétation, même si ce matériel était déjà utilisé avant cette date.

proces_nuremberg

 

Traduction du billet original en anglais de U.S. Language Solutions par Laura.

*Si l'interprétation vous intéresse, cliquez sur le mot interprétation dans le nuage de tags à droite pour d'autres billets.

Un article en anglais est également disponible ici

Posté par blogjca à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


22 mars 2016

Interprétation simultanée : comment le cerveau fait-il tout cela ?

 

CC OMS 30 1 14 3

L’agilité mentale et la concentration requises pour faire de l’interprétation simultanée peuvent sembler écrasantes pour ceux qui ne s’y sont jamais essayés, et cela avec raison. Le niveau de stress ressentis par les interprètes simultanés pendant leur travail est comparable à celui des contrôleurs aériens, ce qui n’est certes pas un métier facile non plus.

Même si en théorie l’interprétation est similaire à la traduction, interpréter diffère grandement de traduire par le fait que l’acte durant moins longtemps, la pression est supérieure. La traduction est par nature basée sur l’acte d’écrire en tant que tel ; tandis qu’interpréter est semblable à jouer sur scène tout en faisant constamment attention à la durée et à la clarté du message. L’interprétation est donc vraiment un mélange de compétences sensorielles, motrices et cognitives travaillant à l’unisson et dans un but commun.

Pendant le processus d’interprétation, il n’y a pas qu’une seule aire du cerveau qui fait le travail. La rapidité des connexions neuronales est vraiment l’aspect le plus important de l’acte d’interprétation et pouvoir rester calme d’un bout à l’autre du processus est une qualité essentielle chez un interprète simultané.
Bien que de nombreuses aires du cerveau soient utilisées, le striatum (située dans la partie centre-droite du cerveau) a un rôle similaire à celui d’un chef d’orchestre en ce qui concerne le traitement de l’information et la réaction à celle-ci. Le striatum lui-même contient le putamen et le noyau caudé qui se chargent tous deux de l’apprentissage et de la mémoire. Le noyau caudé coordonne l’activité de différentes régions du cerveau et joue un rôle crucial dans la prise de décision. Savoir choisir le mot correct en un minimum de temps est une compétence essentielle chez les interprètes donc la souplesse neuronale et la rapidité du noyau caudé sont essentielles. Travaillant en collaboration avec le striatum, l’aire de Broca du cerveau contribue à la production langagière et à la mémoire de travail, qui se différencie de la mémoire à court terme par le fait qu’elle puisse manipuler et organiser des informations temporaires.

"L’un des casse-têtes les plus difficiles auxquels les interprètes doivent se confronter est l’usage de l’humour entre les différentes langues."

Les jeux de mots, le sarcasme et l’ironie sont tous des obstacles pour les interprètes parce qu’ils sont fréquemment intraduisibles. Tout comme certaines conjugaisons verbales peuvent exister dans une langue et pas dans une autre, les formes d’humour peuvent sembler toutes aussi incompréhensibles pour quelqu’un d’une culture différente.
Le sarcasme, par exemple, est culturellement considéré comme inapproprié dans le contexte des affaires par les personnes de culture japonaise et arabe.
Vu que l’interprète ne rédige évidemment pas le discours et n’essaie pas non plus d’ajouter des petites touches d’humour pour faire rire son auditoire, quand il se retrouve confronté à un commentaire sarcastique inattendu dit dans le feu de l’action, cela peut le bloquer ou lui faire totalement mal interpréter le message dans son ensemble.

Interprétation cabine

En fin de compte, les interprètes traduisent des messages et pas juste simplement des mots. La complexité et la nouveauté des messages à interpréter créent pour les interprètes simultanés une charge de travail qui change constamment et c’est pourquoi leurs esprits doivent toujours être aiguisés, calmes et flexibles.#

Traduction du billet original en anglais de U.S. Language Solutions par Laura.

Posté par blogjca à 19:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 janvier 2016

Meilleurs voeux 2016 !

Toute l'équipe de Latraduction.fr souhaite une excellente nouvelle année à tous ses lecteurs, clients, fournisseurs et collaborateurs. 
Que celle-ci soit l'occasion de beaux projets et de belles rencontres, de collaborations réussies et de partenariats durables.
Bon business à tous !

2015 2016

Posté par blogjca à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2015

Parlez-vous touriste ?

chinois paris

Alors que certains comme l'équipe de latraduction.fr ont repris le travail cette semaine, je voulais vous replonger un peu dans les vacances...ou vous donner des idées pour vos prochains week-end en Ile de France avec vos amis étrangers.

Le Comité Régional du Tourisme Paris île-de-France et la Chambre de Commerce et d'Industrie Paris île-de-France ont créé un site et une application pour recenser les commerçants, hôteliers, restaurateurs parlant une ou plusieurs langues étrangères

langues étrangères parisIl faut saluer cette initiative qui permet aux entrepreneurs qui font l'effort d'accueillir leurs clients dans leurs langues maternelles, d'être visibles. Et accessoirement de battre en brèche la mauvaise réputation de la capitale française qui serait peu accueillante et franco-française.

 

 

À quand d'autres villes ?

 

 

 

Le site est :

Yes i Speak Touriste !

Paris Chamber of Commerce and Industry and the Tourism Regional Board have been working toward the improvement of tourists' welcome and well-being in the Parisian region. French people are usually known for not being really good in foreign languages so here is a tool to facilitate your journey : "yesispeaktouriste!".

http://www.yesispeaktouriste.com



25 juin 2015

Le dernier mot...

...à la mode.

dictionnaires

Peut-être pour faire parler d'eux à l'époque des liseuses et du tout (ou presque tout) numérique, les dictionnaires français sélectionnent tous les ans les mots qui vont entrer dans leurs pages. Évidemment, comme le numérique est virtuellement infini, ce n'est pas Wikipédia qui ferait cela...

Même s'il semble que cela se passe aussi au Royaume-Uni, voir cet article sur le site d'Oxford dictionnaires, c'est loin d'avoir la couverture médiatique que cela génère en France. Dans un pays sans académie, la tradition veut qu'une fois que le nouveau mot est utilisé dans la presse, il soit admis comme faisant partie de la langue anglaise.

Pour le Larousse, si je ne suis pas surpris par bolos ou dédiabolisation, bitcoin ou big data, voire l'horrible génériquable, même si à mon avis ce dernier aurait dû rester dans le jargon des labos pharmaceutiques, je suis étonné qu'on ait du attendre

sape

l'édition 2016 pour intégrer des mots comme tuto (qui est né avec les blogs) ou encore pire sape (voir ci-contre) que j'entendais déjà dans les 70s pour parler de la mode un tantinet ostentatoire de certains, qu'ils soient africains ou pas d'ailleurs !

Quant à selfie, je lui préfère l'égoportrait québecquois, même si, avec ses 3 syllabes, il est moins percutant, et plus artificiel que son compagnon anglais.

Le Petit Robert, pour sa part, a décidé d'inclure le très médiatisé zadiste et le très branché mème, tout-deux orientés jeune, il faut le reconnaitre. Mais de nouveau pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour accepter désimlocker (à peu près aussi poétique que génériquable...) aussi vieux que la carte SIM, ou baltringue qui était déjà utilisé en 2008 quand le film du même nom est sorti...mystère !

À l'année prochaine pour de nouveaux mots...et à bientôt sur ce blog pour d'anciens mots !

L'article d'Europe 1 sur le sujet est à lire ici

Celui de l'internaute ici

18 mai 2015

Le chien anti-stress

Relevé dans la presse, l'initiative d'une association de l’université Central Lancashire en Angleterre, qui se propose de faire se rencontrer des chiots et des étudiants pour les déstresser avant les examens.

C'est un concept qui parle à l'équipe de la traduction.fr puisque depuis près de 5 ans maintenant, Fabla, flat coated retriever de son état, nous prodigue ses bienfaits.

Fabla latraduction

En home office, ce chien guide réformé était naturellement près de nous, puis lorsque nous avons déménagé dans nos bureaux actuels, elle a logiquement suivi. Et elle est rapidement devenue la mascotte de la réceptionniste comme des pompiers !

Les autres occupants du centre d'affaires ont été un peu surpris au début, mais ceux qui aiment les chiens sont vite venus chercher leur caresse anti-stress...


 

L'article du Figaro.fr est à lire ici

Autres initiative dans ce domaine : le chien visiteur ou Charpennes