Donald-Trump

Le vocabulaire de Trump est limité, sa syntaxe est incohérente; il répète sans cesse les mêmes expressions.

Les traducteurs français ont du mal à traduire dans la langue de Molière les discours du président américain.

Le nouveau président des États-Unis est difficile à traduire, car "Il ne semble pas savoir où il va", a déclaré la traductrice Bérangère Viennot au Los Angeles Review of Books.

La première étape pour un traducteur est de réussir à "se mettre à la place de l'autre", explique Mme Viennot, mais il n'est pas toujours facile de comprendre où Mr Trump veut en venir.

"Son vocabulaire est limité, sa syntaxe est incohérente; il répète sans cesse les mêmes expressions, forçant les traducteurs à en faire de même," dit-elle.

"C'est comme s'il avait des nuages thématiques dans la tête, dans lesquels il puise sans avoir besoin d'un fil conducteur logique."

Cela engendre des difficultés pour les français, dont la langue est, en général, plus structurée et plus logique, ainsi les traducteurs font face à un dilemme : donner la priorité au sens ou au style.

Mais même pour les anglophones, Mr Trump n'est pas la personne la plus facile à comprendre.

Durant son premier débat présidentiel il a utilisé le mot "bigly" (grossement), ce qui a fait cogiter plus d'un sur le sens que ce nouveau mot était censé avoir - "big league" (avec force), ou autre chose ?

À une autre occasion, on a pu l'entendre dire "swatches of land" (littéralement : échantillon de terre), alors qu'il voulait dire "swathes of land" (étendue de territoire, vaste domaine).

Les traducteurs français pourraient donc avoir une certaine difficulté à traduire le président américain pour les quatre prochaines années, mais peut-être l'aideront-ils enfin à être intelligible.

Traduction par Mathieu de l'article original en anglais consultable ici